Mouvement de la Jeunesse pour la PROmotion de la CUlture NAtionale et la Solidarité
Qui suis-je ?

Bienvenue sur le blog du Relais en France du MJ-Procunas : association burkinabé destiné a promouvoir le developpement humain au Burkina Faso (Afrique de l'ouest), la preservation de l'environnement et le maintien des traditions locales. Le Relais est une antenne du MJ-Procunas basée en France. Son rôle est de diffuser des informations concernant l’association, de gérer la communication avec les volontaires français ou francophones potentiels et aussi d’organiser des actions en France pour soutenir le mouvement. Pour préparer aux mieux les camps, le Relais s’est fixé les objectifs sont les suivants : - Apporter les renseignements et les conseils les plus précis possibles aux partants - Organiser une ou des actions avec les volontaires afin de récolter des fonds. Pour avoir des infos précises sur l'association, contactez nous : mjprocunas.relaisfrance@gmail.com

Derniers articles
Menu
Rubriques
    Mes amis
      Liens


      Billet 9 sur 21
      Page précédente | Page suivante

      11 novembre 2009 - Témoignage de Laura - Volontaire à Koudougou en 2009

      Bonjour à tous,

           Je suis Laura, j’ai vécue un mois sur les terres du Burkina Faso, du 1er au 31 août 2009 et je vais donc vous faire part de cette aventure inoubliable. 

           C’est sur Internet que j’ai connu cette association, j’ai toujours voulu découvrir le continent africain et l’humanitaire est pour moi un bon moyen de découvrir une autre culture, d’échanger tout en se rendant utile. J’ai commencé à chercher au mois d’avril et le MJ-Procunas m’a tout de suite répondu. Nous avons communiqué par mail et ayant reçu toutes les informations nécessaires, j’ai pu me lancer. Même si avec Internet, on peut douter de la fiabilité d’une association, vous pouvez être certain que le MJ-Procunas est une association en qui on peut avoir toute confiance, organisée, soucieuse d’évoluer dans le bon sens, et qui prend soin de ses volontaires !!

           De mon arrivée à l’aéroport de Ouaga, accompagnée de Sylvie et Aurélie, les deux autres volontaires avec qui j’ai partagé cette expérience, jusqu’au départ, nous avons toujours été encadrées par les membres du MJ et accueillis comme des princesses. De plus on ne sortait pas sans croiser le sourire des gens, les enfants qui crient « Nasara » (le blanc) en venant nous saluer. On se rend très vite compte que le Burkina est un pays très chaleureux et ouvert d’esprit. 

           Ma mission se situait à Koudougou et consistait à donner des cours de soutien scolaire, et des activités d’éveils auprès d’enfants. Mais avant de commencer celle-ci, nous avons eu la chance de participer pendant quelques jours au camp de reboisement situé à Goghin. Le lendemain de notre arrivée, nous sommes partis en moto rejoindre les campeurs de Goghin (tout en profitant du beau paysage pendant le trajet). Moi qui, à la base, n’étais pas spécialement attirée par un camp de reboisement, je garde vraiment que du positif de ce passage sur ce camp. Nous avons cultivé, planter des manguiers pour les villageois, et il est important de pouvoir discuter avec eux, de savoir comment ils arrivent à se débrouiller pour se nourrir malgré la sécheresse et la pauvreté. Sans oublier les soirées autour d’un feu de camp, les chansons, la rencontre avec le chef du village, la visite du marché de Goghin où j’ai goûté la fameuse boisson appelée le « Dolo » !! Que de bons souvenirs. 

           Par la suite, la rencontre avec les enfants de Koudougou a été tout aussi attachante. C’est chez Médas Semporé, le directeur de l’école que nous avons été logé pendant la mission avec sa femme et leurs deux filles. Quoi de mieux pour découvrir la culture de ce pays que de pouvoir vivre au rythme d’une famille burkinabé. Grâce à leur générosité et leur gentillesse nous avons pu partager de bons moments avec eux, goûter les plats burkinabés, rencontrer certains de leurs proches ou encore faire des ballades à vélo dans la ville de Koudougou. 

           Pendant les matinées de cours, je m’occupais des CP et faut avouer que les premiers jours, leur apprendre à lire et écrire n’était pas évident surtout qu’au début j’oubliais de parler doucement et bien clairement pour me faire comprendre. Mais grâce aux livres de lectures, à de petits jeux j’ai pu construire mes cours petit à petit. Je n’ai jamais vu des enfants aussi motivés à venir faire du soutien scolaire, c’était impressionnant et beau à voir. Quand on voit qu’en leur donnant de simple crayons ils sont ravis, ça nous donne une bonne leçon de vie à nous qui avons l’habitude de tout avoir.

           Les après-midi, on se regroupait avec les élèves de Sylvie et Aurélie pour les temps d’animations. Béret, balle aux prisonniers, chef d’orchestre, jeu de parcours, chants, danse au rythme des djembés toujours avec les sourires et les rires des enfants !! Ce n’était pas toujours facile de trouver de nouvelles activités à chaque fois, heureusement Aurélie avait déjà fait beaucoup d’animations, et les enfants étaient toujours très réceptifs et enthousiastes à ce qu’on leurs proposait. Même s’il pleuvait, ils étaient toujours partants !  

           Pendant les quartiers libres, j’ai pu savourer les ballades à moto et à vélo sur les chemins houleux et sous un soleil éclatant, la réserve des caïmans (eh oui j’ai touché un crocodile !!), les sorties nocturnes aux maquis (le Yaka !!) autour d’une brakina et de la musique africaine, la visite du musée nationale, les moments calmes autour du thé, les petites pauses à l’ombre sur une natte, les repas chez tout ceux qui ont eu la gentillesse de nous accueillir, tous ces moments resteront gravés dans ma mémoire. 

           C’est vrai que l’on vit loin de notre petit confort habituelle, pas toujours d’électricité, douche avec un seau d’eau froide (mais avec la chaleur, l’eau chaude ne serait pas la bienvenue !!), pas de cuvette de toilette et la nourriture burkinabé nous change de notre quotidien. Mais honnêtement, ce n’est rien quand on voit la joie de vivre qu’ils nous transmettent !! Et malgré le peu de moyen qu’il y a, je n’ai jamais entendu un burkinabé se plaindre... Et une fois rentrée en France, j’étais nostalgique d’avoir quitté toute cette ambiance. Le sourire des enfants, leur joie de vivre, la gaîté de ce pays, la simplicité avec laquelle ils vivent sans se « prendre la tête » (« Y’a pas de problème » comme ils disent) sont une partie des choses qui vont me manquer 

           Voila pour mon témoignage, je ne vais pas en dire plus si ce n’est que grâce à cette aventure j’ai beaucoup appris sur moi-même, j’en ressors grandi et entièrement satisfaite. Si un jour vous voulez vous aussi vous lancer n’hésitez pas !! 

           Pour finir je tiens à remercier vraiment l’ensemble de l’association MJ-Procunas qui fait un travail formidable et qui à toutes ses raisons d’exister, Moussa, Fabrice, Yves, Brice, Ismaël, Serge et tous les autres avec qui j’ai pu partager cette aventure humaine et que je n’oublierais pas. Merci aussi à la famille Semporé, aux enfants et coucou à Sylvie et Aurélie mes compatriotes pendant ce séjour. 

           Si vous voulez en savoir plus n’hésitez pas à me contacter : laura_evin@hotmail.fr 

                                                           Laura 


      :: Envoyer cet article